Au Pays des Garanciers Erubescence et Ader Méditerranée

La Garance : un modèle de développement durable pour le Sud qui veut retrouver  une place prépondérante dans l’industrie des couleurs et toute l’activité circulaire et les développements industriels qui l’accompagnent.

 Un peu d’histoire :

La Garance, plante tinctoriale, était largement répandue sur un territoire situé entre le nord des

Bouches du Rhône et l’ensemble du territoire du Vaucluse et l’est du Gard environ 20000 hectares cultivés, avec d’autres plantes telles le Nerprun (jaune d’Avignon) et la Gaude .Ces plantes ont donné leurs couleurs aux “ indiennes de Nîmes et de Montpellier” mondialement connues.

La culture de la Garance d’origine méditerranéenne a été introduite dans ces territoires en 1754  par un Arménien à l’histoire extraordinaire Johanes   Althounian qui a même donné son nom à une ville Althen-les-Paluds du sud Vaucluse.

Très rapidement la production de ces territoires a représenté plus de 60% de la production mondiale avec une qualité reconnue à tel point que de nombreux utilisateurs industriels sont venus s’implanter à proximité.

Les guerres, l’ouverture des marchés, les maladies agricoles mais surtout l’apparition des produits de synthèse issus de l’Industrie Chimique ont cependant eu raison de ce modèle économique vertueux qui a presque totalement disparu aujourd’hui.

Un contexte nouveau très favorable :

Aujourd’hui les contraintes environnementales prévalent avec une forte demande de « verdissement » de la Chimie depuis les lois Grenelle jusqu’aux étapes successives des COP 21 .Une réglementation européenne plus vigilante sur les composants chimiques et en particulier les colorants s’est donc mise en place notamment avec le Règlement  REACH.

Une demande accrue de naturalité, de la part des consommateurs conjuguée avec une veille sanitaire de plus en plus attentive, et à une surveillance des émissions de CO2 posent en effet la question : comment produire mieux, à proximité, en minimisant l’impact sanitaire et environnemental et à un prix abordable ?

Un marché prometteur

Le marché est connu, il est à reprendre en sachant qu’il est mondial et qu’il est demandeur d’un produit naturel.

Il concerne de très nombreux secteurs d’activité qui souhaitent retrouver des couleursnaturelles :

-La cosmétique

-la teinture et la peinture

-l’agro-alimentaire

-Le sanitaire et la pharmaceutique etc.

En sachant que l’activité de ces filières est ou sera soumise majoritairement au Règlement

Européen REACH

La Garance a d’ores et déjà bénéficié d’un enregistrement.

L’ensemble du bassin méditerranéen peut être concerné en redonnant ainsi des couleurs naturelles aux productions locales et régionales en utilisant également les nouvelles technologies (des micro- mélangeurs) permettant des fabrications de proximité.

Les gains en CO2 et au niveau de l’environnement et de la sante sont immenses et nous concernent au quotidien.

 

Statue de Jean Althen, initiateur de la culture de la Garance
 à Althen des Paluds